Skip to main content

Jeux Olympiques 2008 : Que disent le CIO et la Chine …

Jeux Olympiques 2008 : Que disent le CIO et la Chine …

Le président du CIO, Jacques Rogge, a reconnu, à Pékin, que le mouvement olympique « traversait une crise », mais qu’il avait connu par le passé de « plus grosses tempêtes » et allait « rebondir ».

Malgré les incidents de Londres et Paris puis le parcours écourté à San Francisco , Jacques Rogge a confirmé que le périple de la flamme autour du monde ne sera pas abrégé et a assuré aux athlètes que la « crise » actuelle serait surmontée et a rappelé à la Chine ses engagements pris : « Nous demandons absolument à la Chine de respecter cet engagement moral ».

Devant les représentants des 205 comités olympiques nationaux réunis dans la capitale chinoise, jeudi et vendredi , J. Rogge a tenu un discours combattif, enjoignant de motiver les athlètes avant les jeux de Pékin.

Il a aussi déclaré que le relais de la flamme olympique n’avait pas été l’évènement « heureux » qu’il avait espéré …

Cette déclaration a provoqué une réaction rapide de Pékin, qui a demandé au CIO de ne pas politiser le dossier des JO. « Je crois que les responsables du CIO soutiennent les Jeux olympiques et adhèrent à la charte olympique (stipulant de) ne pas introduire de facteurs politiques hors de propos », a dit la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Jiang Yu. »J’espère que les responsables du CIO continuent d’adhérer aux principes de la charte olympique ».

La flamme Olympique 2008 à Paris (les mystérieux gardiens chinois)

La flamme Olympique 2008 à Paris (les mystérieux gardiens chinois)

Qui sont-ils ? Quel est leur rôle ?

CHINE - TIBET - JO - Manifestation Paris - Gardiens Flamme.jpg

Les gardiens chinois de la torche olympique, traités de « voyous » par Sebastian Coe et de « robots » par David Douillet, ont quitté l’Europe en conservant une part du secret de leur identité.

« Ils sont arrivés avec la délégation chinoise, ce sont probablement des membres d’une unité d’élite des forces de l’ordre, mais aucune information n’a été donnée sur leur identité », indiquait-on mardi de source policière à Paris.

Ils sont membres de la délégation du BOCOG, le comité chinois d’organisation des Jeux, et sont l’ultime rempart de la flamme. »Ils sont horribles. Ils ne parlent pas anglais… Ils ont essayé de me pousser hors du parcours trois fois… Je pense que ce sont des voyous », a dit d’eux le président du Comité d’organisation des Jeux de Londres en 2012, Sebastian Coe.

CHINE - TIBET - JO - Manifestation Paris - Gardiens Flamme 2.jpg

« Ce sont des robots, des chiens de garde (…) ils vous bousculent, vous tarabustent, vous invectivent en chinois », s’est plaint l’ancien judoka David Douillet sur RTL, relayeur de la flamme à Paris.

Ces mystérieux gardiens ont tenté d’interdire aux relayeurs français de porter un badge frappé des anneaux olympiques et proclamant: « Pour un monde meilleur ».

Très nerveux, la tension est rapidement montée entre athlètes français et « gardiens de la flamme ». « Ils m’ont ceinturé pour m’empêcher d’avancer. J’ai finalement réussi à transmettre la flamme à Teddy Riner mais ils l’ont éteinte », a déploré David Douillet.