Skip to main content

BONNE ANNEE A TOUS – 新年快樂 (Xīnnián Kuai Le) – Chùc mung nam moi

BONNE ANNEE A TOUS – 新年快樂 (Xīnnián Kuai Le) – Chùc mung nam moi

年年有餘 – 財源廣進 – 吉祥如意 – 花開春富貴

Aujourd’hui, c’est la nouvelle année en Chine mais aussi dans de nombreux pays d’Asie du Sud-Est comme le Vietnam, le Laos, le Cambodge, la Thailande, …

Le Nouvel An chinois 农历新年 (nónglì xīnnián) aussi appelé Fête du printemps est la fête la plus importante pour les communautés chinoises et asiatiques à travers le monde entier.

Le terme nónglì xīnnián signifie littéralement “nouvel an du calendrier ».

En savoir plus

JO 2008 : La censure, nouvelle discipline olympique (suite)

JO 2008 : La censure, nouvelle discipline olympique (suite)

« Chine, voyage au coeur de la censure d’internet » est le titre d’un document qu’a rédigé le responsable chinois d’une entreprise internet, sous pseudonyme, et publié par Reporter Sans Frontières et l’organisation Chinese Human rights Defenders.

Il y décrit par le menu toutes les obligations auxquelles doivent se soumettre les sociétés qui ont une activité sur le Net en Chine, portails, moteurs de recherche, éditeurs de blog ou encore sites de e-commerce.

Sur le plan national, il existe au total cinq organes de surveillance et de contrôle de l’internet, qui envoient directement leurs ordres aux sites via SMS, e-mail ou encore messagerie instantanée, pour contrôler ou stopper la diffusion d’informations jugées dangereuses ou subversives.

Ces organes ont le pouvoir d’interdire un article, supprimer des commentaires ou donner des directives sur la couverture d’une affaire, souligne le rapport. Les 19 principaux sites internet basés à Pékin, reçoivent ce type d’ordres jusqu’à cinq fois par jour.

Par ailleurs, des cadres de sociétés internet, telles que Baidu, Sohu ou encore Yahoo suivent une fois par an une sorte de voyage idéologique « au pays natal du communisme ». Ces mêmes dirigeants doivent, une fois par semaine, faire un compte rendu détaillé de leurs activités et venir prendre auprès de ces organes leurs ordres pour les affaires à couvrir ou non.

Sans surprise, la Chine arrive largement en tête de ce triste palmarès. Selon RSF, la répression a été particulièrement forte cette année au moment du 17e congrès du Parti communiste, puisque « quelque 2 500 sites, blogs et forums ont été interdits en quelques semaines ».

JO 2008 : La censure, nouvelle discipline olympique

JO 2008 : La censure, nouvelle discipline olympique

L’information est tombée comme un coup de tonnerre !!!! Les belles promesses du CIO chinois n’auront pas été tenues : Pékin censure le réseau internet utilisé par les journalistes étrangers lors des Jeux Olympiques.

C’est ce qu’a confirmé le 30 juillet lors d’une conférence de presse Sun Weide, le porte-parole du comité d’organisation des JO. Il a déclaré à l’AFP :

  • « Pendant les jeux Olympiques, nous fournirons un accès à internet suffisant pour les journalistes »
  • « Notre promesse était que les journalistes pourraient se servir d’internet pour leur travail pendant les Jeux Olympiques. Et nous leur avons donné suffisamment d’accès pour cela »

Les journalistes ne pourront pas consulter des sites fournissant des informations sur le mouvement Falungong (mouvement interdit en Chine) ou des sites tels que Amnesty International, la BBC, le Deutsche Welle ou les journaux de Hong-Kong et Taïwan. Le gouvernement chinois se garde bien de préciser lesquels.

Le CIO est placé devant le fait accompli … Le 29 juin, Kervan Gosper, un des hauts responsables du CIO déclarait :

  • « notre préoccupation reste que les médias puissent diffuser autant d’informations durant ces Jeux que lors des précédents »
  • « Je vais parler aux autorités chinoises pour évoquer ces restrictions et voir quelle est leur réaction »

Il parle bien « d’évoquer » ce qui en dit long sur l’impuissance du CIO …

Reporters Sans Frontières réagit et déclare :

  • « Encore une promesse non tenue ! A neuf jours de la cérémonie d’ouverture, il s’agit d’une provocation supplémentaire des autorités chinoises »
  • « Cette situation nous laisse craindre de nombreux cas de censure pendant les Jeux. Nous dénonçons l’immobilisme du Comité international olympique face à cette situation et sommes plus que sceptiques quant à sa capacité à « veiller à la diffusion de l’information » »

Selon RSF, la répression a été particulièrement forte cette année au moment du 17e congrès du Parti communiste, puisque quelque 2 500 sites, blogs et forums ont été interdits en quelques semaines « .

Pire encore, des acteurs d’Internet comme Yahoo, aident à capturer des dissidents chinois (voir article « Chine, voyage dans le monde d’un Internet sous contrôle« ).

A quelques jours de la fin des JO, on n’entend plus parler des actions promises par RSF … Que se passe t’il ??? Nous en saurons probablement plus une fois les JO finis, les projecteurs éteints et les journalistes repartis chez eux …

En attendant, nouvelle médaille d’or donc pour la Chine qui arrive largement en tête du palmarès de la censure.

Et … bonnet d’ane, pour le comité international olympique (CIO) pour avoir choisi la Chine …